Expédition au "Spitzberg"

 

Oscar II Land  

(cliquer ici pour une carte)

 

13 Avril au 2 Mai 2008


Pierre-Yves et Julien Blervaque,  Didier Boyrie, Guillaume de Rasilly,  

Jean Pilon & Denise Roussely


Récit de Guillaume :

 

Nous sommes partis de Longyearbyen en bateau pour traverser Isfjorden en direction de l'Oscar II Land. Après 3h, le pilote du bateau a passé plus d'une heure et demi à essayer de trouver une zone où la glace était suffisamment "molle" pour que le bateau, qui n'avait rien d'un brise glace, arrive à la casser et suffisamment dur et solide pour que nous puissions descendre avec les pulkas pour marcher ensuite vers la terre ferme. Nous ne faisions pas les malins devant les bruits inquiétants de la coque. Mais finalement tout c'est bien passé !!
Descendre d'un bateau et marcher sur la glace molle et humide est étrange et pas vraiment rassurant.

Après notre débarquement nous avons pris la direction du N puis du NE à travers d'immenses glaciers bordés de chaînes de montagnes (Les plus hauts sommets de la région ne dépassent pas les 1100 m (1700 m maxi dans l'archipel). Les glaciers qui descendent dans la mer font en général 25 à 35 km de long et 5 à 7 km de large, avec peu de pente. Les autres, ceux à l'intérieur des terres, sont d'immenses calottes glaciaires.

On pense que le Spitzberg ressemble à ce qu'étaient les Alpes pendant les périodes glaciaires. Il n'y a pas vraiment de vallées, ni de reliefs. Les distances sont très grandes, seuls les sommets dépassent et  ne sont pas très hauts (300 à 600 m au-dessus des glaciers). Mais toutes ces montagnes sont très belles ce qui fait qu'il y a toujours quelques choses à regarder.
Nous avons pu quand même faire un peu de randos à ski , une toute petite dizaine de sommets en tout. Ce n'est pas énorme mais nous n'avons pas eu super beau temps non plus.
Il y a toujours du vent là-bas ce qui rend la neige très dure, très tassée ou de la neige croûtée...

Les 10 premiers jours n'ont pas été faciles ni confortables : très froid et très venté. Les températures étaient probablement de l'ordre de -20 à -30° sans tenir compte du vent.
Nous avons passé beaucoup de temps à pelleter pour protéger les tentes, plus par jeu pour certains d’entre nous mais en général cela était utile.

Les 10 derniers jours ont été bien plus agréables avec un vent beaucoup moins violent. Il y avait plus de sommets à skier ce qui a fait remonter notre moral. Le soleil ne se couche plus après le 20 avril et les couchers et levés de soleil se confondent pour durer plusieurs heures.

Coté faune, nous avons vu des rennes, des phoques, des lagopèdes, des oiseaux, un renard blanc. Le dernier jour, alors que nous attendions le bateau, un ours plutôt gros a tourné à 300m des tentes pendant la nuit, heureusement nous n'avons vu ses traces que le lendemain. En général les ours traînent plutôt sur les côtes où ils chassent les phoques mais nous avons vu des traces sur des cols en pleine montagne. Nous ne savons pas ce qu'ils cherchent là haut.
 

En résumé ce fut un voyage pas facile, pas très confortable dans la première moitié mais très très beau, avec des paysages somptueux. (voir le panorama ci-dessous). Une super ambiance dans une bonne équipe. Que de bon souvenirs !

 

Cliquer sur l'image pour voir une sélection de diapos de l'expé --->